Notre raison d’être

Notre nom est directement lié à notre raison d’être : bâtir les fondations d’une DSI efficiente, responsable et souveraine.  

Efficiente ? L’efficience est le rapport existant entre la qualité des résultats obtenus et les ressources matérielles, humaines et financières mises en œuvre. Cette notion est indissociable de la performance d’une DSI.

Responsable ? La responsabilité caractérise une DSI qui se développe de manière durable et privilégie une vision à long terme.  

Souveraine ? La souveraineté numérique est la capacité d’une organisation à définir puis mettre en œuvre sa stratégie digitale en toute autonomie, conformément à ses intérêts et sans contraintes significatives d’acteurs externes : Etats étrangers, fournisseurs, clients, partenaires, investisseurs, ONG, ...

Les conséquences de la transformation digitale pour les entreprises et leur DSI

La transformation en cours dans toutes les organisations engendre une augmentation de la criticité des services digitaux. 

La maîtrise de la qualité de service, le respect des délais de mise en œuvre, la garantie du retour sur investissement et la préservation de la souveraineté numérique deviennent ainsi des enjeux majeurs pour toute l’entreprise. 

La performance comme enjeu clé d’une DSI

L’enjeu de performance d’une DSI peut souvent se résumer à une équation bien compliquée à résoudre : répondre avec agilité aux besoins des métiers tout en maîtrisant les coûts … voire tout simplement « faire plus avec moins ».
Le niveau de performance d’une DSI n’est désormais plus uniquement comparé, via des benchmarks, aux références d’un secteur d’activité. Chaque DSI est mise en concurrence, en temps réel, avec les solutions cloud du marché. Il convient alors d’évaluer et d’élever si besoin le niveau de maturité des domaines essentiels impactant sa performance :

•La gestion de la demande : pour chaque besoin exprimé par le métier quelle est la solution proposée par la DSI ?

•La gestion du portefeuille des services digitaux

•Le modèle opérationnel de la DSI

Dans ce cadre, l’amélioration continue de la performance est favorisée notamment par :

•La capacité à prévoir et maîtriser les dépenses

•La rationalisation du système d’information

•L’industrialisation des processus

Le développement durable d’une DSI : beaucoup plus qu’un simple effet de mode ! 

Alors qu’un des principes de la transformation numérique est d’accélérer le rythme de création et d’évolution des services digitaux, il peut paraître contradictoire d’inscrire une DSI dans une démarche de responsabilité sociétale sur un temps long.


Il s’agit pourtant d’une nécessité afin de :

•Maintenir l’attractivité RH de la DSI afin d’attirer de nouveaux collaborateurs.

•Répondre aux exigences RSE de l’entreprise elle-même mais aussi de ses clients, actionnaires et partenaires.

•Eviter les pièges contre-productifs du « greenwashing » et du « RSE washing »

Les trois facettes de cette politique sont :

•L’équité sociale

•La préservation de l’environnement

•L’efficacité énergétique et économique (qui rejoint la notion de performance de la DSI)

Pourquoi une politique de souveraineté numérique est-elle essentielle ?

La mise en œuvre d’une politique de souveraineté numérique est devenue la réponse naturelle aux  difficultés rencontrées par de nombreuses DSI au cours de la dernière décennie. Quelques exemples : 
 

•Augmentation non maitrisée des coûts des  services cloud

•Externalisation dans un pays posant par la suite des problèmes de stabilité : Tunisie, Ukraine, …

•Interruption de service majeure suite à la défaillance d’un prestataire

•Application de l’extra-territorialité de nouvelles contraintes réglementaires sur les données : CLOUD Act

•Dépendance excessive ou conflit avec un éditeur 

•Cyber-attaque

•Vol de données personnelles ou de savoir-faire industriel